Les ReBelles créent l'exploit et s'imposent à Brest !

Peu nombreux sont ceux qui imaginaient une telle performance. Ce dont nous sommes sûrs c'est que les joueuses et le staff, eux, y croyaient. Et c'est bien là l'essentiel. Pour rappel, le match aller s'était soldé par une courte défaite 28-30, lors de laquelle les ReBelles avaient déjà proposé une belle opposition à l'armada Brestoise. 

Nous vous proposons un retour chronologique sur ce DUEL DES RADES qui a opposé Brest au TSCV samedi soir, et qui s'avère être le match référence de cette saison. 

Olivier Samat, entraineur adjoint, et Sandor Rac décortiquent ce succès et racontent comment ils ont vécu ce week-end Brestois :

"Après Metz, les joueuses ont gagné de la confiance. Malgré la défaite, nous avons fait un match plein. Il y a eu comme un déclic ce soir là. Elles ont pris conscience qu'elles pouvaient jouer et lutter contre n'importe qui. C'était très important avant le déplacement à Brest." déclare Sandor Rac.

sandor2.jpg

Les joueuses sont accueillies par un temps magnifique en arrivant en Bretagne. Un signe avant-coureur ?

Avant le départ, Olivier Samat déclarait que Toulon St/Cyr "allait se battre avec ses armes" et Djénéba Tandjan une fois arrivée sur place dit avoir "un bon pressentiment". Olivier Samat en fait part d'ailleurs à Jeanne-Marie De Torres, co-présidente, qu'il a eu au téléphone samedi dans l'après midi : "Nous allons faire un bon match, se donner confiance et surtout ne pas perdre de joueuses en vue des prochaines échéances". La confiance et la prudence sont de mise.

Olivier avoue que l'environnement a également pu jouer dans le sérieux et l'application dont les joueuses ont fait preuve :  "La Brest Arena est tellement belle, un tel joyaux que les ReBelles se devaient aussi de l'honorer et de se sublimer pour l'occasion car quand on joue ici on a l'impression de jouer contre un grand club européen." 

Il est vrai qu'à fortiori, Brest n'est pas le meilleur endroit en France pour prendre des points en championnat...

Sandor Rac fait preuve de pragmatisme et explique qu'il a demandé aux joueuses trois choses pour jouer cette rencontre : "du courage, de la combativité, et surtout prendre conscience de la valeur de notre équipe." L'entraineur du TSCV a particulièrement insisté sur ces trois points...

A la question à savoir ce qui a réellement fait la différence face à l'armada Brestoise, le coach du TSCV répond : "Nous avons travaillé pendant 4 semaines intensément avec un gros travail physique. Après la réception du Havre, j'ai décidé de laisser 4 jours de repos aux joueuses. Les 10 jours qui ont suivi ce repos a été très intense et très exigeant physiquement. Nous nous sommes entrainés 2 fois par jour, 6 jours par semaine, pendant deux semaines. Le but de ce travail de fond était de préparer les joueuses à tenir une rencontre de haut niveau pendant 60 minutes. C'était d'autant plus nécessaire que nous n'avons que très peu de rotations en ce moment (1 seule rotation à Brest). Il fallait que les filles soient prêtes à en découdre et à répondre présentes pendant toute la durée d'un match."

Djénéba Tandjan, Dounia Abdourahim, Laurène Catani, et Léa Serdarevic, ont toutes joué au moins 58 minutes !

"Avant le match, le discours était simple. Je leur ai dit que j'avais totale confiance en elles et en leur capacité à être soudées."

brest1.jpg

Sandor Rac avoue aujourd'hui qu'il n'a "jamais vu l'équipe du TSCV se battre ainsi sur le terrain. Chaque ballon qui trainait était pour nous. Les joueuses se sont jetées au sol au moins 6 ou 7 fois pour récupérer des ballons. Cela peut paraître anodin, mais je peux vous dire que cela en dit long sur l'état d'esprit d'une équipe que de "gratter" autant de ballons. Elles n'ont pas laissé une seule miette à l'adversaire". se félicite l'entraineur.

brest2.jpg

Olivier Samat revient sur le déroulement du match :

"Le début de match est très bon, les joueuses sont bien en place, agressives, concentrées. Le match de Metz a été encourageant et il a donné confiance au groupe, malgré les absences." A la 18ème minute de jeu, les ReBelles creusent un premier écart (6-10). "Nous sommes encore très loin de l'exploit, mais le début de match est quasiment parfait. Le timing est bon, et le temps de passage est plus que positif" déclare Olivier Samat.

Cette avance va cependant fondre et à la pause, le BBH est repassé devant et mène d'un petit but (12-11). Sandor Rac et Olivier Samat expliquent ce retour aux affaires des Brestoises. Sandor Rac voit une conséquence de la grosse débauche d'énergie que les joueuses ont mis d'entrée de match. Les locales infligent un 6-1 juste avant la pause. Cette remontée est facilitée par des pertes de balle du TSCV, avec parfois un peu de précipitation. Des tirs forcés ont permis à Cléopatre Darleux dans les buts Bretons de lancer des contres foudroyants, avec la précision de relance qu'on lui connait.

pineau2.jpg
pineau1.jpg

A la pause, le calme règne dans le vestiaire. Les erreurs commises sont identifiées. Sans pivot de métier, le TSCV doit jouer avec Mariam Eradze (auteure d'un 3/3) qui prend la place de la dernière pivot valide (Emma Puleri n'a joué que 8 minutes, sa blessure se faisant encore ressentir).

laurene2.jpg

Un autre problème est identifié, il s'agit de Marta Mangué. Sandor Rac va alors opérer un changement tactique pour repartir de plus belle en seconde période.

laurene1.jpg

La retour des vestiaires est bon et le TSCV reste au contact pendant 12 minutes. La machine Brestoise est bien tenue mais fait preuve de beaucoup de réussite devant les buts. Les Bretonnes creusent l'écart et mènent désormais 20-16 à 13 minutes du terme. Dans les rangs du TSCV, tout le monde fait preuve d'un sang froid assez nouveau pour cette équipe.

Sandor Rac et Olivier Samat analysent cet écart au score et justifient le fait que les ReBelles n'ont jamais paniqué : "Il y a encore quelques semaines, nous aurions sans doute perdu beaucoup de ballons par précipitation. Toutefois, Brest a marqué beaucoup de buts sur pénaltys, et a fait preuve de beaucoup de réussite. Ces buts n'étaient pas tellement construits, et une telle réussite ne peut durer que quelques minutes" commente le coach. Olivier Samat commence à entrevoir une baisse de régime physique chez les locales.

sandor.jpg

Le TSCV qui a laissé passer l'orage reprend sa marche en avant. Très bien physiquement, Laurène Catani et ses coéquipières vont littéralement renverser la rencontre. Olivier Samat et Sandor Rac insistent : les ballons récupérés au sol ont fait mal aux Brestoises qui ne s'en sortaient plus. Laurent Bezeau réalisait des changements qui n'enrayaient pas la "furia" Toulonnaise, très bien en place tactiquement. Les excellents replis défensifs anéantissent les occasions de buts que le BBH tente de se créer.

brest3.jpg

Deux buts au forceps de Kramer remettent les équipes à égalité (20-20, 53'). Catani intercepte un énième ballon et envoie Laurie Puleri au but (21-22), puis Zazai fait passer l'avance à deux buts (56'). Le piège tendu par le TSCV va alors à se refermer et c'est un 6-0 magistral que Toulon St/Cyr inflige au 2ème du Championnat de LFH, sur son parquet.

"Cela n'a pas du arriver très souvent..." commente avec plaisir Sandor Rac.

Le TSCV tient son match référence, la réduction du score sur un poteau rentrant n'y changera rien, ni même la double infériorité numérique avec les exclusions de Kramer et Abdourahim. Léa Serdarevic prend le relais et fait le boulot dans les buts. Les ReBelles maitrisent et vont au bout de chaque possession de balle. Très peu de place est laissée aux contres brestois. Kramer revient sur le terrain pour les 30 dernières secondes. La fin de match est insoutenable. Sur une dernière possession, les arbitres lèvent le bras et Kramer doit prendre le tir, contré. Il ne reste alors que 7 secondes, la relance Brestoise arrive sur l'ailière gauche qui tire à son tour, marque, mais cette fois-ci c'est le buzzer qui vient annuler le but. Le TSCV valide ainsi une victoire éclatante, qui n'est en rien due au hasard.

joie2.jpg
joie1.jpg

"Cette victoire est tout sauf un hold-up" juge Olivier Samat. Les joueuses ont été constantes depuis la 1ère minute de jeu et ont fait preuve d'un investissement irréprochable même menées 20-16 à la 47ème minute.

Sandor Rac pense que la clé de la rencontre se trouvait dans la patience. "Il fallait être patient, et mener des attaques placées, sans se précipiter. La quasi-totalité de nos buts ont été inscrits sur des actions réfléchies, construites. On ne pouvait pas donner des occasions à Brest en prenant des tirs hasardeux qui auraient donné à Darleux la possibilité d'exprimer son talent d'anticipation et de relance. Le groupe dans son ensemble est à saluer. Nous avons été plutôt efficace devant et très bien organisées derrière Laurène Catani a organisé le jeu parfaitement, en respectant les principes de jeu que l'on s'est imposés. Dounia Abdourahim a été très bonne et a logiquement fléchi physiquement. Kramer a bien pris le relais. Les ailières ont aussi fait un très bon travail et Léa Serdarevic a été le dernier rempart, sur des tirs à 6 mètres, quand notre défense s'est faite déborder. Je suis très satisfait de la prestation du groupe dans son ensemble. Je suis d'autant plus fier que Brest était au complet."

lea1.jpg
lea2.jpg
dounia1.jpg
8.jpg

Le retour était joyeux et plein de sourires. Aujourdhui, lundi, les joueuses bénéficiaient d'un repos mérité avant de retourner au travail dès demain, pour trois jours de préparation avant la réception de Nantes.

Le Flashback : 

Cette victoire qualifiée d'exploit, rappelle deux souvenirs à Olivier Samat : "La finale de Coupe de France contre Le Havre à Bercy, en 2012. Jackie Oliveira était alors la seule gardienne, et elle a joué avec un doigt cassé. Le TSCV rattrape 5 buts, s'impose et remporte sa deuxième Coupe de France consécutive. Le second souvenir qui me revient en tête est le 1/4 de finale de Coupe de France contre Issy Paris en 2016. Le TSCV perd Olivera Jurisic et face aux soeurs Oftedal, il s'impose à la surprise générale avec une Angelica Wallen des grands soirs, et devant les caméras de beIN Sports."

Et après ?

"La suite dépend de nous maintenant. On fait le plein de confiance, et on attend aussi le retour de quelques joueuses, sans toutefois précipiter les choses. Il faudra confirmer en Coupe de France et en Championnat." conclut l'entraineur du TSCV.

sandor2.jpg

Retrouvez le détail des stats de la rencontre ici : http://vision-sport.fr/scores/LIVE107LFH.html

Au classement, les ReBelles se donnent un peu d'air en reléguant Chambray et Bourg de Péage à 3 points. Toulon St/Cyr revient également à un petit point de Besançon qui a chuté à Nice.

Capture d’écran 2018-02-26 à 18.46.25.png
Capture d’écran 2018-02-26 à 18.47.31.png